ARG – Plus Belle La Vie

L’ARG Plus Belle la Vie : retour sur l’expérience et explication du succès

Nous vous en avions déjà parlé iciPlus Belle La Vie, le feuilleton préféré des français, a lui aussi tenté l’expérience de l’ARG (Alternate Reality Game). Jeudi dernier, lors du Festival de la Fiction TV, l’équipe à l’origine de cette expérience (Benjamin Faivre, Christophe Cluzel et Hubert Besson), nous en a présenté les coulisses… et les résultats.

L’ARG en quelques chiffres

Il s’agissait d’abord d’un pari : réaliser un ARG sans communication et promotion officielles, sans aucune récompense annoncée au départ, avec pour la première fois la synchronisation du Web et de la TV pour un feuilleton quotidien. Aujourd’hui, on peut dire que le pari est gagné. Les chiffres parlent d’eux-mêmes :

  • Plus de 70 000 joueurs
  • 100 000 vidéos vues sur YouTube
  • 25 000 interactions sur Facebook
  • 10 000 connexions en simultanée le soir du 23 juillet (crash des caméras)

Un projet qui a suscité de nombreuses interrogations

Pour ce projet, il était inconcevable de mettre en péril l’audience de la série (plus de 5M de téléspectateurs et 20 % de PDA). Le téléspectateur était donc sollicité mais sans que la participation à l’ARG soit imposée. Il pouvait donc tout aussi bien suivre sa série sans modifier ses habitudes de consommation médiatiques.

Quelles allaient être les retombées ? Comment les téléspectateurs allaient-ils réagir ? Comment associer « second écran et Transmédia » pour un programme TV quotidien ? Y a-t-il une attente ou à minima peut-on la suciter ? Comment coordonner tous leurs métiers nécessaires à l’élaboration d’un tel dispositif ?… Autant de questions que se posaient l’équipe de PBLV et la chaine.

Christophe Cluzel nous expliquait d’ailleurs que la partie la plus intéressante pour lui fut celle-ci : « Lorsque nous étions réunis autour de la table pour discuter du projet, débattre et échanger sur les limites et les contraintes propres à chaque corps de métier, nous nous sommes rendu compte réellement des difficultés. Une idée du scénariste peut se heurter à des contraintes techniques. Une option proposée par un game designer s’intégrera difficilement dans l’arche narrative. On apprend à travailler ensemble en mêlant ses savoirs. »

Un travail réalisé dans le plus grand secret

Pour ne pas compromettre le bon déroulement de l’ARG, l’équipe (restreinte aux seules personnes indispensables à la mise en place du jeu) a du travailler le plus discrètement possible. Les caméras de télésurveillance ont même été installées sans en avertir l’équipe de tournage.

Un ARG de 4 mois, décomposé en 6 temps narratifs

Comme nous l’avions expliqué dans cet article, l’ARG a été conçu en parallèle de l’histoire de la série lors de la mise en place des caméras de surveillance. Ninon qui était contre a voulu mobiliser les fans pour leur destruction. Au total, le jeu s’est déroulé sur une centaine d’épisodes et en a impacté directement 39.

Revenons à présent sur les 6 temps autour desquels s’est composé l’ARG, avec à chaque fois les chiffres qui les ont marqué.

  • Ouverture du blog à l’antenne
Au même moment de sa présentation à l’antenne, le blog de Ninon est ligne sur Internet. Les fans peuvent désormais commencer le jeu. Le blog sera donc le Rabbit Hole (point d’entrée) dans l’ARG. Ce soir là, 1 800 connexions instantanées ont été comptabilisées à l’annonce de son ouverture dans la série.

  • Le débat, l’expression
Les caméras sont hackées. Le débat est donc relancé sur le blog de Ninon et le téléspectateur est invité à voter pour ou contre les caméras au Mistral. Au total, 194 commentaires seront postés.

  • Enigmes et hacking par les fans
On entre dans une nouvelle phase où le hacker donne des indices sur comment trafiquer le système de vidéosurveillance. Le téléspectateur peut alors se connecter sur le site des caméras, résoudre les énigmes et voir des vidéos exclusives dont l’épisode du soir donnera les explications. À titre d’information, la vidéo volée de Mirta sera vue 19 000 fois sur YouTube. À la mise en ligne du site, 8 000 personnes ont résolu l’énigme pour accéder aux caméras.

 

Et pour tous ceux qui n’avaient pas envie de chercher ou qui ne parvenaient pas à décrypter les énigmes, la page Facebook de Plus Belle La Vie devenait un lieu d’échange des indices et mêmes des codes d’accès.

  • Pendant la coupure des JO, le hacker pirate l’antenne de France 3 
L’été dernier, durant les JO, les épisodes n’étaient plus diffusés au plus grand regret des fans. Mais l’ARG continuait ! En effet, pour faire durer la série des vidéos du hacker ont piraté l’antenne à l’heure habituelle de diffusion du feuilleton. Certains n’ont pas forcément compris ce qu’ils se passaient devant leur écran, mais tous les joueurs ont bien compris que le Vigilant de Plus Belle La Vie se cacher derrière ce message… Deux vidéos qui, au total, seront vues plus de 40 000 fois sur YouTube.

  • Le Vigilant va trop loin, l’audience est invitée à hacker le système de videosurveillance en direct
À la reprise de la série, le Vigilant va trop loin et dévoile une video malveillante. Ninon, via son blog, invite les fans à se connecter simultanément le 23 août à 20h35 sur le site des caméras, en même temps qu’elle pendant la diffusion de l’épisode, pour détruire le système : une attaque DDOS, type Anonymous. En même temps que le site est détruit dans la série, les joueurs vivent la même expérience devant leur écran. 10 000 internautes ont  réussi à détruire le système !

 

  • Le Vigilant est démasqué et les caméras démontées
Grâce aux différents indices disséminés sur le web (blog de Ninon, page Facebook « Les Amis du Mistral ») les joueurs devaient à présent trouver l’identité du Vigilant, qui n’était autre qu’Amélie Lagrange, la malheureuse compagne de Guy Lemarchand dans la série. Le premier joueur qui postait sur la page Facebook « Les Amis du Mistral » la preuve de l’identité du Vigilant, gagnait un aller-retour + une nuit d’hôtel à Marseille pour faire une visite guidée des studios de Plus Belle La Vie. On félicite donc Alizée Perreira qui est l’heureuse gagnante du jeu !

Notre avis : La mise en place d'un ARG sur PBLV est une performance narrative en soi car il ne s'agit pas d'une série policière. Et on doit reconnaitre que cette extension transmédia a été très bien intégrée à la narration. Même si l'équipe revendique le statut "d'expérience" à ce dispositif, celle-ci a été menée de manière très professionnelle. Il reste maintenant à espérer que cette nouvelle expérience fera tâche d'huile et que d'autres séries bénéficieront d'un tel dispositif. Je regrette un peu qu'aucun chiffre financier n'ait été avancé lors de la conférence. Cette expérience à un coût (qui a payé d'ailleurs ?). Il serait intéressant de le connaître. Alors si les producteurs et nos amis de France Télévisions passent par là, je les invite à nous communiquer ces infos en commentaire ;)



Il y a 2 commentaires

Ajoutez le vôtre

Laisser un commentaire


8 − = six