Du 31 mars au 3 avril 2015, Films en Lorraine vous convie à sa nouvelle édition des Rencontres du cinéma et de l’audiovisuel Grand-Est, nouvellement désignées sous le nom d’ « Image’Est ».

Créées en 2005 et organisées par Films en Lorraine depuis 2010 avec l’accompagnement du Conseil Régional de Lorraine et de la DRAC Lorraine-Alsace, les journées professionnelles du cinéma et de l’audiovisuel du Grand-Est demeurent l’événement fédérateur interrégional annuel. Il s’agit de trois jours de rencontres professionnelles, de formations, de conférences et débats, d’ateliers orientés vers des thématiques et questionnement actuels qui touchent au secteur et à ses professionnels.

Vendredi 3 avril de 11h à 12h30 au Musée des Beaux Arts de Nancy, dans le cadre de ces journées professionnelles et en partenariat avec l’Ina, est organisée une table ronde intitulée : « La fiction est-elle l’avenir du transmédia ? ». Seront présents autour de la table, Judith Louis (Directrice de l’Unité Fiction d’Arte et membre de la commission nouveaux médias du CNC), Jérémy Pouilloux (producteur associé à La Générale de Production) et Simon Bouisson (Journaliste).

Depuis près de dix ans, le transmédia storytelling et plus largement les écritures interactives ont investi le champ de la production audiovisuelle. C’est par le documentaire que la création web s’est avant tout structurée, cherchant dans l’interactivité de nouvelles manières de raconter le réel. Aujourd’hui, fonds de soutien, diffuseurs et producteurs sont clairement identifiés, et un nouveau souffle semble venir du côté de la fiction : que ce soit sous la forme de web-séries ou de fictions interactives, des formats innovants à même de questionner les standards de la télévision sont en train de voir le jour. La fiction ne serait-elle pas l’avenir du transmédia ?

Dans la mesure où je vais être chargé de modérer ce débat et pour mieux préparer cet échange, j’ai décidé de poser ici les questions et les axes de réflexion que soulève une telle thématique.

Avant tout, je pense qu’il est utile de rappeler que le concept même de transmédia storytelling (cf définition d’Henry Jenkins) est apparu avec l’étude d’oeuvres fictionnelles comme Matrix ou encore Star Wars. Le transmédia storytelling a donc toujours fait bon ménage avec la fiction quand il s’agit d’étendre un univers narratif sur différentes plateformes médiatiques.

Quelles finalités pour un dispositif transmédia dans un cadre fictionnel ?

En d’autres termes, qu’apporte la dimension transmédia ou un dispositif transmédia à une fiction ? Est-il là pour simplement assurer la promotion de l’oeuvre fictionnelle comme l’illustre ce récent exemple ? Permet-il, dans la cadre d’une série TV, de gérer l’attente des fans durant une inter-saison ou entre les épisodes d’une même saison comme ce fut le cas pour Mission Braquo ? Facilite t-il le développement de l’audience grâce à mise en place de différents rabbit holes ?

Quels sont les nouveaux usages en matière de consommation médiatique fictionnelle ?

France Télévision avec Studio 4, Canal+ avec ses nouvelles chaines YouTube rassemblées sous le label Canal Factory,… Les plateformes vidéos et les formats courts semblent être devenus depuis 2 ans des axes de développement prioritaires pour les chaines. Au-delà des formats Youtubers, cette tendance réserve t-elle une place à la fiction ? Sous quelle forme ? On  parle beaucoup actuellement de la réalité virtuelle. Cette technologie va t-elle révolutionner l’écriture cinématographique ? Comment ?

 Quel dispositif transmédia pour quel objectif ?

Que ce soit sous la forme d’une application compagnon pour Game Of Thrones, d’un ARG (Alternate Reality Game ou Jeu en Réalité Alternée) pour Engrenages ou Plus Belle La Vie ou bien encore d’un jeu participatif comme celui mis en place par TF1 pour la série Person Of Interest, les dispositifs transmédia peuvent emprunter des formats très différents. Quels sont les formats les plus engageants ? Quels sont ceux à inventer ? Quels modes de financement doit-on privilégier pour ce type de dispositif ?

Le transmédia construit-il un pont entre la fiction TV ou cinématographique et le réel ?

Après Disney, Asterix et Harry Potter, c’est désormais au tour de la saga Hunger Games d’ouvrir son parc d’attraction. En octobre prochain l’expo Game Of Thrones ouvrira ses portes à Paris. Carton assuré pour les organisateurs ! Désormais, les fans ne se contentent plus du virtuel. Ils veulent vivre des expériences bien réelles avec leurs héros favoris. Et même si les ARG n’engagent généralement que 1% de l’audience d’un oeuvre ou d’une série TV, les fans sont très nombreux à vouloir ponctuellement partager l’atmosphère de leur saga préférée. Je vous invite à découvrir ce que réalise l’association londonienne Secret Cinéma en la matière avec l’exemple d’un événement créé autour du thème du film « Les évadés »:

Participez vous aussi au débat !

Habitués du blog, vous avez peut-être vous aussi des questions sur ce thème à poser aux participants de cette table ronde. Alors n’hésitez pas à nous les faire connaitre en commentant ce post. Je ne manquerai pas de m’inspirer de vos remarques et de vos questions pour faire vivre le débat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Code de contrôle * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.