In Memoriam est un jeu vidéo d’aventure et d’investigation mêlant énigmes, séquences vidéo, enquêtes et indices disséminés sur Internet. Conçu par Eric Viennot et développé par le studio français Lexis Numérique. Il est sorti à partir de 2003 sur PC (Windows et Mac OS) à l’époque où les réseaux sociaux n’étaient pas encore ce qu’ils sont aujourd’hui. In Memoriam nécessite une connexion Internet afin de poursuivre efficacement son enquête à travers une multitude de sites web créés pour la circonstance ou préexistants et se prêtant à l’aventure (comme, par exemple, le site du journal Libération).


Trailer In Memoriam par GamOngirlS

Lire la critique du jeu sur Gameculte.com

L’intrigue du jeu In Memoriam

Le jeu emmène le joueur sur les traces de Jack Lorski, reporter, et de Karen Gijman, disparus mystérieusement le 4 février 2003. Des aides précieuses parviennent également au joueur par courriel. L’agence SKL Network qui employait Jack Lorski ainsi que d’autres enquêteurs épaulent en effet le joueur dans ses recherches. L’intrigue et la mise en scène — un mystérieux tueur en série échappant à la police et qui sème des indices, avec diffusion de ceux-ci dans la presse, l’enquête menée par un journaliste… — n’est pas sans rappeler l’histoire du Zodiaque, tueur en série qui a sévi dans les années 1960 sur la côte ouest des États-Unis.

Depuis, un nouvel opus est sorti sous le nom de « In Memoriam : Le Dernier rituel ». Le pitch : trois ans après la première enquête, Jack Lorski est de nouveau sur les traces du tueur en série connu sous le nom de Phoenix. Le journaliste Jack Lorski est malheureusement retrouvé assassiné.

Ce jeu de type Alternate Reality Game (ARG) où les expériences du monde réel et d’un monde fictif s’entremêlent et établissent un flou entre les deux univers utilisent des dispositifs immersifs. Pour cela, plusieurs supports ont été créés :

  • Plus de 150 sites Internet dont celui de L’agence de presse SKL Network ont été créés. Il s’agissait généralement de sites composés d’une seule page apportant son lot d’indices au joueur
  • Des partenariats avec de vrais médias ont été mis en place, par exemple avec le journal Libération.
  • Le recrutement d’un acteur professionnel, disponible 24h/24h sur trois mois, pour répondre aux appels téléphoniques des joueurs. Il fournissait des indices à ces derniers si leur participation, c’est-à-dire leur implication dans le jeu, était convaincante
  • Des recherches géolocalisables sur GoogleMap
  • Des SMS envoyés sur le mobile du joueur à des moments précis du scénario
  • La création d’une plateforme collaborative et communautaire propre au jeu.

L’ensemble des éléments ont été mis en place dans le but d’immerger totalement le joueur dans une nouvelle expérience transmédia.

Aujourd’hui, il est toujours possible de jouer mais l’expérience utilisateur est amoindrie. Certains dispositifs tels que les appels téléphoniques vers l’acteur ne sont en effet plus réalisables. Cependant In Memoriam a touché plus de 400 000 joueurs au monde et a ainsi été le succès le plus retentissant du studio. Sa diffusion aux Etats-Unis et en Europe lui ont assuré une place importante dans les jeux transmédia.

Source : www.crossmedias.fr

PARTAGER
Article précédentPour la Saint-Valentin, France Télévisions met en ligne le webdoc Amour 2.0
Prochain articleGuidestones, la nouvelle webserie US assortie d’un ARG
Arnaud Hacquin a créé en 2010 le Jardin des marques, une agence conseil en stratégie de marque et en communication transmédia. Il est aussi le fondateur avec Olivier Pouponneau (scénariste) et Flo Laval (Réalisateur) du Studio Transmédia The Rabbit Hole dont vous êtes en train de lire le blog. Arnaud enseigne aussi le Brand Content et le Transmédia Storytelling dans différentes écoles.

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Code de contrôle * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.