Dans un monde ravagé par la crise, les gens ayant un emploi vivent séparés de ceux qui n’en ont pas. Une ambitieuse série d’anticipation en 8 épisodes qui s’accompagne d’un dispositif transmédia réalisé par UPIAN.

trepalium

La nouvelle série de Arte

Dans un futur proche, une société en déclin vit une situation cauchemardesque : il ne reste que 20% d’actifs pour 80% de chômeurs. Le travail est si rare que les actifs sont prêts à lui sacrifier leur humanité. Ils vivent reclus dans la Ville. Les sans-emploi survivent tout autour, dans la « Zone ». Entre les deux, un Mur immense. Mais une brèche va s’ouvrir…

Cédant à la menace d’une rébellion, le gouvernement impose à certains salariés de recruter un « emploi solidaire » trié sur le volet. La famille de Ruben Garcia, un ingénieur en pleine ascension, doit embaucher la Zonarde Izia qui rêve d’offrir un nouveau destin à son jeune fils Noah… «Trepalium» nous plonge dans une société ultralibérale où le mot «social» n’a plus de sens. Mais peu à peu, dans cet univers glaçant, renaît l’espoir d’une nouvelle société plus humaine.

Trepalium-2

À travers un voyage dans un futur que l’on devine proche, Trepalium donne une réponse radicale. D’un côté, une « Zone » miteuse et anarchique où la population est privée de tout, et surtout d’eau potable. De l’autre, la Ville, monde d’abondance où chaque salarié est pressurisé à l’extrême, devant tout faire pour garder son travail, quitte à offrir son corps à des cadres salaces et mégalomanes (mention spéciale à l’excellent Charles Berling). Les créateurs de Trepalium ont eu la brillante idée de tourner certaines scènes au saisissant siège du Parti communiste français. Cela donne une atmosphère rétro-futuriste à cette série portée par le couple Léonie Simaga/Pierre Deladonchamps, dont les destins romanesques constituent le fil rouge de l’intrigue. La série sera diffusée sur Arte les jeudi 11 et 18 février à 20h55.

Un prequel web pour faire patienter les spectateurs

Imaginé par l’auteur de BD Thomas Cadène, ce dispositif réalisé par Alexandra Brachet et Grégory Trowbridge d’ Upian, met en scène, à travers un journal de bord interactif, la période qui précède celle explorée par la série. On parcourt ainsi les grandes étapes du contexte historique de la série à travers les enregistrements audio d’Hector, un jeune homme de 17 ans étudiant en histoire, agrémentés de quelques planches de dessins, des articles de journaux, des pages d’ouvrages de littérature… L’expérience dure au total une vingtaines de minutes.

a l'ombre du mur - Trepalium a l'ombre du mur - Trepalium -2

PARTAGER
Article précédent#ForumBlanc – Pigeons & Dragons
Prochain articleMargot VS Lily : La web série de Nike
Arnaud Hacquin a créé en 2010 le Jardin des marques, une agence conseil en stratégie de marque et en communication transmédia. Il est aussi le fondateur avec Olivier Pouponneau (scénariste) et Flo Laval (Réalisateur) du Studio Transmédia The Rabbit Hole dont vous êtes en train de lire le blog. Arnaud enseigne aussi le Brand Content et le Transmédia Storytelling dans différentes écoles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Code de contrôle *
Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.