« De 1950 à 1971, plusieurs milliers de personnes, pour l’essentiel venues d’Algérie et du Maroc, habitent le plus vaste et le plus insalubre des bidonvilles de Nanterre, baptisé La Folie, du nom de la gare voisine. Sur fond de crise généralisée du logement, et bientôt de guerre coloniale en Algérie, les immigrés, venus travailler dans les secteurs du bâtiment et de l’automobile, sont les plus mal lotis. Aussi le nombre des baraques ne cesse-t-il de grossir, en dépit de conditions effroyables : un unique point d’eau pour huit à dix mille habitants, pas d’électricité ni de ramassage des ordures, et une seule adresse administrative pour tous : le 127, rue de la Garenne. »

C’est par cette présentation que démarre « 127, rue de la Garenne », une fresque interactive autour des dessins de Laurent Maffre et des témoignages audio recueillis à par Monique Hervo entre 1959 et 1971. Alors engagée au Service civil international pour marquer son opposition à la guerre d’Algérie, Monique Hervo découvre en 1959 comment vivent aux portes de Paris, à deux pas du futur quartier d’affaires de La Défense, les gens du bidonville. Avec l’accord du FLN, elle s’établit à La Folie pour leur exprimer sa solidarité. Elle y sera présente jusqu’à la fin, en 1971, aidant à la construction et à la réparation des baraques, jouant le rôle d’écrivain public auprès de l’administration, apportant un soutien scolaire aux enfants.

Mon petit doigt me dit que la frise horizontale illustrée va devenir très tendance sur les webdocs dans les mois à venir… Il faudra attendre un peu avant de comprendre le sens de cette blague car pour le moment, je suis tenu au secret. Mais il faut reconnaitre que c’est un moyen simple et amusant de naviguer dans le contenu d’un webdoc.

On comprend mieux le choix créatif en découvrant que la sortie de cette frise interactive est concomitante à celle d’un album de BD du même illustrateur. Co-éditée par ARTE Éditions et Actes Sud BD, cette bande dessinée de 140 pages permet au lecteur de suivre sur quatre ans les tribulations, le quotidien d’une famille d’immigrés algérien, leurs conditions de vie, leurs espoirs et leurs désillusions.

2 COMMENTAIRES

  1. J’ai beaucoup d’admiration pour Monique Hervo et pour les membres de son équipe du SCI avec qui les quelques membres de l’Anan (Amitié Nord Africaine de Nanterre) ont travaillé pendant ces sombres années. . J’espère que cette BD rendra homage, en particulier, à Jacqueline Bellanger, qui fut la première à entrer dans ce bidonville et – en dépit de sa charge familiale – a creéer et ‘animer notre petite association – petite en taille, mais très engagée dans cet environnement difficile. Pierre Gentil

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Code de contrôle * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.