Depuis quelques années, la déforestation se poursuit à un rythme soutenu sur toute la planète. Tout le monde en a conscience mais seulement très peu de gens s’en inquiètent. Et pourtant, toutes les deux secondes, c’est l’équivalent d’un stade de football qui disparait. Aujourd’hui, ce sont les forêts tropicales les plus touchées. Les raisons à cela : la transformation des forêts en cultures agricoles et la surexploitation du bois. Face à l’ampleur et à la gravité de ce problème, le WWF France a souhaité expérimenter ce nouveau mode de production audiovisuelle, le webdocumentaire, afin de sensibiliser la population. Pour ceux qui le souhaitent, ce webdoc est aussi disponible sous forme d’un mini film de 30 minutes. C’est donc aux côtés d’Isabelle Autissier, présidente de l’organisation, que nous sommes invités à découvrir les richesses naturelles, les secrets et histoires que recèlent les forêts, et qui pour certaines communautés humaines, sont leurs ressources vitales.

Mêlant à la fois texte, son, vidéo et photo, « Raconte-moi les forêts » se composent de 3 parties : Découverte, Impacts et Solutions. Chacune d’entre elles regroupent 7 petits reportages vidéo de spécialistes et d’habitants de tribus vivant aujourd’hui dans les forêts, permettant entre autres à l’internaute d’explorer en profondeur 4 forêts emblématiques au Gabon, en Guyane, en Nouvelle-Calédonie et en France métropolitaine. À la fin de chaque mini film, s’offre à nous la possibilité de découvrir la biographie de l’interviewé, ou encore d’autres vidéos et contenus sur le sujet, ou bien nous pouvons aussi choisir de continuer notre parcours dans le  webdoc. Véritable outil pédagogique dans ce contexte, « Raconte-moi les forêts » a donc pour but de sensibiliser la population de manière interactive avec des interviews d’experts dans le domaine pour donner une totale crédibilité au sujet.

Le monde méconnu des forêts

Le chapitre « Découverte » traite des nombreux sujets qui sont rattachés aux forêts, qu’ils soient culturel, écologique ou économique. Nous découvrons alors qu’elles regorgent de secrets et de mystères puisque comme nous l’explique Emmanuelle Grundmann, il existe tout un monde imaginaire autour des forêts, que l’on associe avec des créatures féeriques ou maléfiques. Concernant l’écologie et l’économique, Luciana Aliker, chargée de mission en Guyane dans le secteur des réserves naturelles, et Laurent Larrieu, ingénieur de développement, abordent les sujets des écosystèmes forestiers ainsi que de la biodiversité avec un nombre gigantesque d’espèces de plantes, mammifères, insectes, etc. Côté culturel, Bernard Boisson, photographe et écrivain, nous parle de ce lien qui existe entre l’art et la nature depuis bien longtemps. En effet, les forêts ont été sources d’inspiration pour de nombreux artistes et notamment des peintres. Enfin, nous partons à la rencontre d’habitants de ces tribus qui vivent depuis toujours au sein des forêts du monde entier. Aujourd’hui, ils représentent  350 millions de personnes dans le monde, 350 millions de personnes qui n’auront dans quelques années plus rien pour vivre, et c’est ainsi que de nombreuses civilisations et cultures disparaitront.

Une disparition programmée…

Les impacts de la déforestation due à la mondialisation, sont nombreux. Disparition des ressources, dissolution des cultures, manque de nourriture et mort des animaux du fait de la contamination des animaux par le mercure présent dans les eaux, etc. Emmanuelle Grundman, Hubert Ble Elie-Nloh, président de l’assocation A2E (Gabon) ainsi que Tassicale, habitant de la communauté Wayana reviennent sur les impacts de cette déforestations sur les tribus. Ces derniers sont très inquiets et pour eux la situation est claire, si les choses continuent de cette manière, dans quelques années plus aucune communauté n’existera. Par ailleurs, Guilaume Dubosq qui travaille au WWF pour la lutte contre le braconnage, nous parle des autres fléaux existants au Gabon. Les enjeux sont différents mais les causes restent les mêmes. En plus de l’exploitation forestière déjà abordée précédemment, viennent les problèmes du trafic d’ivoire et de l’activité minière. Comme beaucoup d’autres animaux « jardiniers des forêts », les éléphants possèdent un rôle très important dans l’écosystème de ces cultures. Par conséquent, en plus des autres activités humaines destructrices, si cette espèce vient à s’éteindre, ce sont toutes les forêts qui tendent à disparaitre. Enfin, Daniel Vallauri, chargé du programme biodiversité des forêts, et Hubert Géraux, responsable du bureau Nouvelle-Calédonie, tout deux travaillant chez WWF France, abordent les sujets des feux et de l’extraction minière, ainsi que de l’urbanisme et du changement climatique qui sont d’autres origines de la destruction des forêts. Les sources de destruction des forêts sont donc nombreuses.

…mais pas inéluctable

Cette dernière partie, concerne les solutions existantes à ce jour pour limiter les dégâts de cette déforestation massive. La majorité des actions viennent du WWF France, afin de conserver les forêts du monde avec la mise en place par exemple d’un système de certification FSC de manière à permettre l’exploitation des forêts de façon responsable. D’autres missions consistent à réduire l’empreinte écologique des entreprises en nouant entre autres des partenariats avec certaines d’entre elles dans le but de trouver des solutions pour diminuer leur impact environnemental (ex : Castorama). Par ailleurs, en Nouvelle Calédonie, est mis en place un chantier écocitoyen qui regroupe un peu plus de 200 bénévoles dans le but de planter 2000 arbres dans un secteur où la déforestation a fait de nombreux dégâts. Enfin, d’autres organisations sont présentées dans cette partie proposant des solutions à ce problème, telle que DACEFI 2, qui consiste en la création de forêts communautaires afin de sécuriser les lieux d’habitations des villageois. Certaines activités forestières pourront malgré tout exister mais à petite échelle et dans des quantités raisonnables. Les solutions face à la déforestation sont donc tout de même nombreuses, mais ne suffisent malheureusement pas pour le moment à régler ce problème du fait de dégâts trop importants.

C’est pourquoi, si vous souhaitez aider le WWF dans sa lutte de protection de l’environnement, vous avez la possibilité de faire un don à l’organisation via ce lien : Aidez le WWF.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

Code de contrôle * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.